Pourquoi faire appel à un courtier en prêt hypothécaire ?

Pourquoi faire appel à un courtier en prêt hypothécaire ?

Outre les crédits d’amortissement traditionnels et les crédits avec pénalité ou relais, il y a le crédit hypothécaire. Ce dernier est idéal pour les projets immobiliers ou personnels. Il permet de contourner les obstacles des garanties, des assurances de prêt ou de la capacité d’emprunt. 

Solliciter les services d’un courtier hypothécaire augmente les chances de bénéficier d’un prêt immobilier. Mieux, vous obtiendrez un taux d’intérêt et des conditions d’emprunt assez satisfaisantes. Alors, découvrez dans ce guide les raisons pour lesquelles solliciter l’aide d’un courtier hypothécaire est importante.

Lire également : Titre de propriété : c'est quoi et à quoi sert-il ?

Courtier hypothécaire : qu’est-ce que c’est ?

Un crédit hypothécaire revient à fournir un bien immobilier hypothéqué à un prêteur pour rembourser le crédit. Véritable garanties, les hypothèques offrent à la banque des droits de renouvellement et une priorité en cas de défaillance de l’emprunteur. En effet, elle permet à la banque de bénéficier des remboursements avant les autres créanciers. Cette garantie élimine la nécessité de contracter une assurance de prêt. Elle permet aussi de remédier aux refus des garants. 

Entremetteur entre la banque et le client, le rôle du conseiller hypothécaire est d’aider le client à :

A voir aussi : L'expansion de la baule comme ville côtière

  • Demander un prêt hypothécaire ;
  • Trouver une institution financière susceptible de donner suite à la demande ;
  • Effectuer des négociations pour avoir un meilleur taux en usant de ses relations avec les banques, même s’il ne travaille pas pour ces dernières ;
  • Effectuer des négociations pour obtenir les meilleures clauses de prêt, telles que la réduction ou la suppression des frais de dossier ou encore des pénalités de remboursement anticipé.

Faire gagner du temps au client fait également partie des attributions du courtier immobilier. Au lieu de solliciter personnellement de nombreux établissements bancaires, déléguer cette tâche à un expert permet d’obtenir un financement plus rapidement.

Courtier hypothécaire : quels sont les types de prêts qu’il peut négocier ?

Dans les missions du courtier immobilier, il existe une multitude de formes de prêts qu’il peut essayer d’obtenir pour son client.

Le crédit immobilier amortissable

Un crédit immobilier amortissable est une hypothèque immobilière classique. Il s’agit d’un bien immobilier que l’on possède déjà ou que l’on désire acheter. Si l’intéressé ne parvient pas à effectuer le remboursement du prêt, la banque peut saisir le bien et le revendre ou demander une dévolution préférentielle en justice.

L’amortissement d’un crédit immobilier consiste en des versements mensuels qui comprennent une petite partie du capital et des intérêts sur le prêt. Les intérêts sont déterminés sur le capital restant dû. Ils sont alors dégressifs et de moins en moins pondérés au fur et à mesure que les années passent.

Le crédit immobilier in fine

Le crédit immobilier in fine revient notamment à effectuer le remboursement du capital de façon différée jusqu’à l’échéance finale. Les autres versements mensuels comprennent uniquement les intérêts du prêt.

En échange de l’hypothèque accordée à l’institution bancaire, il est possible de bénéficier jusqu’à 50% de la valeur de la propriété. Dans la plupart des cas, les banques demanderont de mettre en gage un article d’épargne, comme une assurance-vie, pour environ 30 % des fonds empruntés.

Aussi, il est possible de revendre un autre actif que l’on détient pour régler le capital et les intérêts. Le crédit immobilier in fine est avantageux à bien d’égards :

  • Faibles mensualités de prêt ;
  • Les intérêts du prêt peuvent être déduits avant l’avant-dernière échéance, un avantage fiscal non négligeable pour les emprunteurs lourdement imposés ;
  • De ne pas être obligé de contracter une assurance emprunteur ;
  • De ne plus contracter les prêts relais, senior ou classiques.

Le crédit immobilier viager

Option majoritairement envisagée par les sujets âgés ou handicapés, le crédit immobilier viager est très prisé. En effet, il consiste à apporter un bien immobilier (maison principale ou secondaire, revenus locatifs) en garantie. Alors, l’intéressé reçoit en échange des fonds reportables jusqu’au décès.

Soit les héritiers sont responsables du remboursement, soit la banque vend le bien pour récupérer son investissement lors du décès du concerné. Des intérêts peuvent être payés pour réduire le montant restant qui incombent aux héritiers. Le crédit immobilier viager n’est pas touché : il est possible de se servir des fonds selon ses besoins, sauf pour financer des projets professionnels.

Compte tenu du risque de volatilité du marché immobilier, le montant accordé ne correspond jamais à la pleine valeur réelle du bien. Le crédit viager n’a pas besoin d’être assuré, et le client n’a pas à répondre à une interrogation médicale. Après le décès, si les héritiers désirent garder le bien, ils doivent s’acquitter de la dette (le capital et les intérêts). S’ils ne veulent pas le garder, la banque le revendra et paiera la différence sur le montant emprunté plus les intérêts du prêt.

Le crédit immobilier cautionné

Avec un crédit immobilier cautionné, le consentement est donné à deux sortes de garanties à l’institution de crédit : une garantie réelle du crédit immobilier et une garantie personnelle, généralement octroyée par CNP Caution.

Ce type de prêt est destiné aux sujets de plus de 60 ans qui ont des difficultés à accéder au financement ou qui sont soumises à des conditions défavorables s’ils en bénéficient.

L’assurance emprunteur n’étant pas obligatoire, pas besoin de visite médicale. La limite de la somme du prêt hypothécaire garanti (PHC) est de 70 % de la valeur de la maison. Il a le même fonctionnement qu’un crédit amortissable et a un taux d’intérêt fixe. On peut prendre les fonds obtenus pour investir dans un projet immobilier neuf ou un projet personnel (création d’entreprise par exemple).

Si l’emprunteur décède avant l’échéance du crédit immobilier garanti, ce dernier devient un passif pour la succession. Cela voudra dire que le remboursement du capital restant dû au garant revient aux héritiers, sauf s’ils ne préfèrent que le prêteur mette le bien en vente afin de rembourser le prêt. L’aide d’un courtier hypothécaire est nécessaire pour mettre en place ce type de prêt.

Le crédit immobilier rechargeable

Il est important de noter que le crédit immobilier rechargeable fonctionne de la même façon que le crédit revolving.  Ainsi, il permet d’avoir de nouveaux fonds au fur et à mesure du remboursement du prêt. Par conséquent, un même bien peut servir de garantie pour souscrire à plusieurs prêts. Cependant, il y a un plafond sur le montant initial du prêt hypothécaire.

Les particuliers ne sont plus éligibles au prêt hypothécaire rechargeable, et ce, depuis juillet 2014. Par contre, les professionnels en obtiennent du moment où cela cadre avec leur activité.

Faire appel à un courtier est d’une importance capitale pour bénéficier rapidement d’un prêt hypothécaire. Il s’agit d’un spécialiste susceptible de faire gagner du temps et de faire bénéficier à son un meilleur taux.