Comment financer son projet immobilier : prêts en devise ou traditionnels ?

Comment financer son projet immobilier : prêts en devise ou traditionnels ?

Plusieurs travailleurs frontaliers entre France et Suisse se retrouvent dans l’embarras du choix quand il s’agit d’un prêt immobilier. Toujours en mesure de mesurer les risques de change, vous désirez choisir l’option la moins risquée et avantageuse. Pour vous éclaircir à ce sujet, découvrez pourquoi vous devez opter en partie pour le crédit en francs suisses. On fait le point ici.

Les prêts immobiliers en francs suisses : une meilleure option de financement

En tant que travailleur frontalier, l’emprunt en devise CHF est le moins risqué pour investir dans son propre territoire. Lorsque vous prenez un prêt immobilier en francs suisses, le risque de change est multiplié par zéro. En fait, lorsque vous percevez votre paie en CHF en tant que citoyen français, celle-ci est automatiquement convertie en euros.

Lire également : Garantie hypothécaire et emprunt : explication et coût

Une fois le montant de la paie converti, votre projet immobilier sera totalement financé. Et le remboursement du prêt se fera dans la devise CHF qui reste la devise de réception de votre salaire. Toutefois, il faut savoir que le risque de change est reporté, même si, à court terme, il n’a pas eu d’effet sur le montant du prêt.

Pourquoi chercher un compromis entre les prêts immobiliers en devise et traditionnels ?

Pour pallier les surprises engendrées par le risque de change sur le long terme, il est conseillé d’anticiper les évolutions du taux de change. Vous devez alors suivre de près les cours de chaque monnaie afin de contracter un prêt moins risqué. Une autre façon est de procéder au panachage afin d’atténuer le risque de change au cas où l’une des monnaies sera plus forte que l’autre.

Lire également : Comment obtenir un prêt lorsque l'on est fiché FICP ?