Jeunes actifs : les logements possibles

Jeunes actifs : les logements possibles

La période de latence entre la formation des jeunes et leur insertion dans le monde professionnel est souvent éprouvante.

Ces jeunes actifs rencontrent de nombreuses difficultés pour se loger. Heureusement, il existe plusieurs solutions de logements adaptées à leur profil autres que la location classique. Les voici.

A découvrir également : Organisme garant location : liste des organismes garants pour louer un bien immobilier

Les foyers de jeunes travailleurs

Les foyers de jeunes travailleurs (FJT) encore appelés habitat de jeunes proposent divers types de logements équipés de meubles.

On y retrouve généralement des chambres individuelles, des appartements partagés ou des studios. Ces résidences sont dotées d’espaces communs comme des restaurants et des laveries.

A voir aussi : Comment choisir les couleurs de son appartement ?

Ce type de logement est disponible pour des personnes en situation d’insertion professionnelle ou sociale : jeunes travailleurs, apprentis, stagiaires, étudiants ou jeunes en quête d’emploi. Les FJT accueillent des jeunes âgées de 18 à 25 ans, parfois 30 ans.

Ces structures ont pour objectifs d’aider et d’accompagner les jeunes tout au long des démarches administratives. La durée maximum d’hébergement s’étend généralement sur 2 ans. Certaines de ces structures acceptent les visites et même les hébergements (très brefs) d’un tiers.

À l’image de la colocation ou coliving, des solutions de logement sont offertes par les foyers de jeunes travailleurs. Les commodités qu’ils proposent peuvent aller d’une simple chambre à 3 pièces. Pour y accéder, vous devez payer des frais d’inscriptions, verser un dépôt de garantie et une redevance mensuelle.

La colocation

La colocation s’illustre comme un mode de logement de plus en plus adopté par les jeunes actifs. Dans le passé, cette option ne faisait pas l’unanimité chez les propriétaires.

Mais de nos jours, ils sont de plus en plus portés vers cette alternative qui leur permet d’augmenter le loyer et de rentabiliser plus rapidement. Pour les colocataires, c’est un moyen de louer des espaces plus grands avec un loyer réduit.

Vous avez la possibilité de vous associer à des connaissances pour louer un appartement. Vous pouvez également trouver des logements en colocation par Colonies et rechercher ensuite vos colocataires. La dernière possibilité est de vous joindre à une colocation déjà existante.

La colocation n’est pas un mode de location ordinaire. Avant de s’engager, il est essentiel de connaître quelques spécificités comme la caution solidaire et la clause de solidarité.

Les résidences pour jeunes actifs

Les résidences pour jeunes actifs proposent des logements meublés et aménagés pour offrir un confort maximum. Elles sont gérées par des associations telles que l’Arpej, l’Agefo, l’Adef ou Esoacil Habitat et offrent de nombreux avantages.

L’Arpej se décline comme une association qui se préoccupe de la réussite de ses locataires. Elle œuvre pour l’autonomie et l’émancipation des jeunes en créant des conditions favorables à l’accomplissement de leurs projets d’avenir.

Avant de choisir votre résidence, assurez-vous de l’existence d’un service technique en charge des réparations de type de fuite d’eau, d’entretien de la résidence, d’électricité, etc.

Tout cela est inclus dans le loyer. Étant conventionnées, ces résidences permettent d’accéder à l’Aide Personnalisée au Logement (APL).

La cohabitation intergénérationnelle

La cohabitation intergénérationnelle gagne de plus en plus d’espace dans l’arène des logements pour jeunes. Elle permet aux jeunes de s’offrir un logement à petit coût et aux personnes âgées de s’entourer d’une présence apaisante et rassurante.

Plusieurs associations se sont spécialisées dans la cohabitation intergénérationnelle. Elles s’occupent de mettre en contact les jeunes et les séniors qui proposent des logements. Elles se chargent également de fixer les règles de cohabitation.

Par ailleurs, ce mode de logement est désormais légalisé par la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018. Une charte visant à réglementer les contrats de cohabitation intergénérationnelle a été instaurée par un arrêté du 13 janvier 2020.